Grenoble – un nouveau laboratoire pour la prévention de la torture et des mauvais traitements

 Un partenariat majeur entre le Conseil de l’Europe et Sciences Po Grenoble

 

Barbed wire

Image : OpenDemocracy

Le 19 janvier 2016 s’est tenue à Grenoble une première réunion organisée conjointement par le Conseil de l’Europe et Sciences Po Grenoble visant à engager un travail sur les critères, sources et méthodes d’une évaluation constructive de l’efficacité des mécanismes nationaux de prévention de la torture (MNP) mis en place conformément au Protocole facultatif à la Convention contre la torture des Nations Unies (OPCAT).

Cette réunion a accueilli des experts venant de divers MNP (Espagne, Royaume-Uni, Serbie), des mécanismes contre la torture au niveau européen (Comité européen pour la prévention de la torture, CPT) et onusien (Sous-comité pour la prévention du Comité des Nations Unies contre la Torture, SPT), d’organisations internationales non gouvernementales telle que l’APT (Association de prévention de la torture, Genève) ainsi que du monde académique (Sciences Po Grenoble, Université d’Oxford, European Training Centre de Graz).

Les experts ont engagé leurs travaux sur la base d’avant-propositions préparées par des chercheurs de Sciences Po Grenoble et d’une association strasbourgeoise (Access). Plusieurs réunions à format variable (sessions de travail plus ou moins restreintes ou conférences) seront organisées en cours d’année avec pour objectif de créer une instance européenne d’observation des MNP qui pourrait être adossée à Sciences Po Grenoble.

La prochaine aura lieu le 17 mars 2016.