Conférence-débat : « Laïcité : pourquoi et comment le cadre de la loi de 1905 doit-il être appliqué? »

bandeau_radicalisation
 Les enjeux sociaux et politiques du traitement des faits religieux au regard des phénomènes de radicalisation
Laïcité : pourquoi et comment le cadre de la loi de 1905 doit-il être appliqué?

par Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité auprès du Premier ministre

Lundi 17 décembre 2018 de 16h à 18h
Amphi F – Sciences Po Grenoble

 

Le programme :

 
15h45 : Accueil

16h00 : Ouverture du séminaire par Jean-Charles Froment, directeur de Sciences Po Grenoble

16h10 : Aperçu de la synthèse suite aux séminaires « Égalité, citoyenneté, prévention de la radicalisation»

16h20 : Conférence-débat : intervention de Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité auprès du Premier ministre

17h15 : Échanges avec les participants

18h : Fin

 

Rappel du projet : Égalité, citoyenneté, prévention de la radicalisation : quels enseignements et pistes d’actions pour les acteurs et politiques publiques liés aux quartiers populaires ?

Le projet Égalité citoyenneté prévention de la radicalisation, initié par la CAF, le CD38, la Métro et l’institut d’Etudes politiques de Grenoble fin 2016 a concerné de juin 2016 à l’automne 2018 une 100ne de professionnels et d’acteurs diversifiés en termes de métier (politique de la ville, jeunesse, prévention spécialisée, prévention de la délinquance éducation, ..) et de territoire. Cinq séminaires et deux conférence-débat ont été organisés avec l’intervention de témoins, de sociologues, d’acteurs locaux. Les séminaires se sont déroulés en 2 temps : un temps d’intervention et d’échanges ouvert à tous puis des ateliers en petits groupes.

Les thèmes des séminaires et conférence-débat :
– 24/06/2016 – Témoignage de Morad Benchellali (« Voyage vers l’enfer. » Ed R. Laffont) à partir de son parcours des Minguettes à Guantanamo.
– 4/11/2016 – Actions locales : Ministère de la Justice, PJJ, CD… intervention de Marwan Mohammed, sociologue, à partir de ses travaux avec les jeunes de quartiers populaires. Qu’entend-on par radicalisation ? Comment la prévention de la radicalisation peut impacter le travail social avec les jeunes ?
– 17/05/2017 – Actions locales : associations de prévention, MJC Desnos, collectif Controverses. Intervention de Ouisa Kiès, sociologue, à partir d’une recherche-action menée avec F. Khosrokovar avec notamment le suivi de parcours de personnes radicalisées en prison ; enjeux et risques autour de la définition de « signaux » et méthodes de prise en charge de la radicalisation.
– 28/05/2018 – Intervention de Fayza Guélamine, sociologue du travail social. Expression de faits religieux et travail social : comment « traduire » socialement cette expression ?
– 22/06/2018 – Intervention de Nadia Hamadache, consultante. Libertés fondamentales, égalité et prévention de la radicalisation (à partir des rapports du DDD et de la CNCDH), Table Ronde Faits religieux et travail social, exemples d’actions et points de vue des acteurs: Codase, PJJ, Régie de Quartier Villeneuve Village Olympique, Conseil Départemental
– 13/09/2018 – conférence-débat de Joël Roman, philosophe. La laïcité au regard des questions de radicalisation
– 10/10/2018 – conférence débat de Raphaël Liogier : Identités, mythe de l’islamisation, radicalisation religieuse : de quoi parle-t-on ? Enjeux et perspectives internationales et nationales

Tout au long de ces séminaires, les attentes qui se sont exprimées au niveau des professionnels sont de trois ordres : clarifier les notions (radicalisation, faits religieux, liberté et droits fondamentaux, laïcité, identités et « islamisation » supposée, .), échanger sur les actions locales, avancer des pistes d’actions.

Les séminaires du 13 septembre et 10 octobre ont été largement ouverts sous la forme de conférence-débat pour que s’expriment de nouveaux points de vue. La conférence-débat du 17/12 sera ouverte également et précédée d’une réunion des acteurs intéressés par le groupe d’appui interprofessionnel (12h30-15h45, même lieu, sur inscription)

En effet, l’ensemble de cette démarche vise à déboucher sur un groupe d’appui interprofessionnel, à l’échelle de l’agglomération grenobloise, conçu comme un espace de réflexion tourné vers la pratique, où peuvent se discuter des problèmes plus larges que celui de la radicalisation violente seule, tels que la gestion des faits religieux, le vivre ensemble, la reconnaissance et les identités, etc.. Les partenaires constatent que c’est une manière de trouver des références communes au-delà des désaccords, et cela peut permettre de redonner du sens aux pratiques professionnelles et institutionnelles, afin de prévenir les violences, quelles qu’elles soient : radicalisation violente, inégalités et discriminations, harcèlement, exclusion,..etc…en construisant une société plus inclusive et plus égalitaire.