Accusations d’islamophobie auprès de deux enseignants de Sciences Po Grenoble

Visuel_communique-presse_2021-twitter_Plan de travail 1

Deux enseignants de Sciences Po Grenoble, accusés d’islamophobie, ont vu leurs noms placardés sur les murs de l’établissement le 4 mars 2021. Sciences Po Grenoble condamne avec la plus grande fermeté cette action qui met en danger l’ensemble de ses étudiants et personnels.

Le Procureur de la République de Grenoble a été saisi dès le lendemain par la direction afin notamment de protéger les enseignants publiquement injuriés. Mme Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, va diligenter dans les jours à venir une mission de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR) afin d’établir les « responsabilités de chacun et de contribuer à rétablir la sérénité au sein de cet établissement ». L’établissement mettra tout en œuvre pour faciliter le travail de cette mission.

La bonne réalisation des missions de Sciences Po Grenoble s’appuie sur le respect de l’opinion d’autrui et sur un attachement sans faille aux valeurs de dialogue, de bienveillance mutuelle et d’altérité. Garantir les libertés académiques est une exigence non négociable.

> Télécharger le communiqué de presse